Rodrigue Kokouendo
Député Seine-et-Marne (7e circonscription)

En circonscription

J'ai récemment rencontré la section de Seine-et-Marne de l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, qui m'a alerté sur différents problèmes auxquels leur profession est actuellement confrontée.

Décret du 13 février 2018 sur la formation en chiropraxie

Un décret du 13 février 2018 a créé la confusion entre les actes relevant des masseurs-kinésithérapeutes et ceux relevant des chiropracteurs. Ce décret définit la formation des chiropracteurs et contient un référentiel d'activité et de compétences, et fait mention de l'enseignement dans les écoles de chiropraxie de multiples techniques de soins qui vont au-delà de la simple manipulation articulaire et qui pourraient dès lors empiéter sur le champ de la rééducation fonctionnelle. Cette ambiguïté présente des risques pour les masseurs-kinésithérapeutes qui pourraient voir une partie de leurs actes de soin transférée aux chiropracticiens. Parallèlement, cette situation pourrait conduire à une complexification du parcours de soins en créant un flou entre les actes relevant du kinésithérapeute et ceux relevant du chiropracteur. 

J'ai alerté le ministère des Solidarités et de la Santé sur le sujet par le biais d'une question écrite et ai demandé des précisions sur les conséquences que l'application de ce décret pourrait avoir sur l'exercice des actes par les kinésithérapeutes, ainsi qu'un éclairage sur la distinction des actes entre kinésithérapeutes et chiropracteurs.

Pénurie des kinés en France et notamment en Seine-et-Marne

Cette pénurie se fait sentir à plusieurs niveaux.

Tout d’abord, l’écart se creuse entre les kinésithérapeutes en établissements hospitaliers et ceux installés en libéral. En 2017, la France comptait environ 85 000 kinésithérapeutes avec un ratio libéraux/salariés de 80/20. L’Ile-de-France comptait, par exemple, en 2017, 11 615 salariés en milieu libéral pour 2 160 salariés.

Parallèlement, la moyenne d’âge des kinésithérapeutes ne cesse d’augmenter. La proportion des praticiens de plus de 60 ans était de 8 501 en juin 2017, contre 7 358 en 2013, ce qui témoigne d’un manque d’attractivité de la profession.

Enfin, certains territoires français sont davantage touchés que d’autres par le manque de kinésithérapeutes. La Seine-et-Marne est particulièrement impactée. Le département ne compte que 1 150 kinésithérapeutes, dont 1 000 en libéral, pour plus d’un million d’habitants.

Cette situation dramatique ne peut perdurer. La pénurie de masseurs-kinésithérapeutes nuit au parcours de soins des patients, qui ne peuvent souvent pas recevoir au moment opportun les soins de réadaptation requis.

Face à cette situation inquiétante, je souhaite que le Gouvernement prenne des mesures afin de renforcer l’attractivité de la profession des kinésithérapeutes.

 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.