Journée Internationale des Droits de la Femme

08 Mar 2022 A l'assemblée

A l'Assemblée nos actions pour les droits des femmes

 

Aujourd’hui et comme chaque année, le 8 mars est l’occasion de célébrer la Journée Internationale des Droits de la Femme

A cette occasion, nous nous devons de rappeler notre engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les domaines économiques, professionnels, politiques et familiaux. Nous avons œuvré pour défendre et étendre leurs droits et renforcer leur protection face aux violences et aux discriminations dont elles sont victimes. 

Nous en avons fait notre priorité au cours de ce quinquennat. 

Toujours engagé  sur le terrain et dans l'hémicycle pour cette cause, je vous propose de revenir en quelques points sur les avancées et les mesures portées par la majorité présidentielle au cours de ces 5 dernières années en matière de droits de la Femme ⤵️

Pour + d'égalité entre les femmes et les hommes :

  • Création de l'Index Égalité dans les entreprises obligatoire et permettant de calculer les inégalités professionnelles persistantes entre les femmes et les hommes en entreprise 

  • Possibilité pour les couples de faire le choix d’une imposition individualisée

  • Renforcement de la lutte contre les écarts de rémunération et de déroulement de carrière entre les femmes et les hommes

  • Allongement du congé paternité de 14 à 28 jours pour favoriser la répartition des charges familiales

  • Maintien des primes pendant les congés maternité, paternité et d’adoption

  • Garantie de l’égal accès à l’emploi public et renforcement de la transparence et de l’équité des règles en matière de contrôle déontologique

  • Liberté dans le choix du nom issu de la filiation pour renforcer l’égalité entre les parents

En 2021, le budget consacré aux pratiques et mesures visant à l’égalité entre les femmes et les hommes est de 1.34 milliards d’€.

Pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes :

  • Généralisation du téléphone d’alerte pour les victimes de violences (Téléphones Grave Danger)

  • Amélioration du déploiement du bracelet anti-rapprochement et réforme de l’ordonnance de protection 

  • Lancement de campagnes de sensibilisation sur le harcèlement et les violences faites aux femmes

  • Lancement d’un plan contre l‘excision

  • Lancement d’un plan de lutte contre la haine et les discriminations anti-LGBT

  • Formation des professionnels de santé, de justice et de police aux violences sexuelles et sexistes faites aux femmes

  • Création de l’infraction d’outrage sexiste sanctionnée d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 000€ en cas de récidive) et élargissement de la définition du harcèlement en ligne 

  • Lancement d’une plateforme de signalement des violences sexuelles et sexistes

  • Garantie de l’accès à 5 000 places d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violences

  • Allongement du délai de prescription des crimes sexuels commis sur mineurs à 30 ans et renforcement des infractions sexuelles sur mineurs

Pour défense et créer de nouveaux droits pour les femmes :

  • Création d’un congé maternité unique

  • Défense du droit à l’interruption volontaire de grossesse et prolongement du délai légal pour l’IVG médicamenteuse à domicile

  • Plan pour la reconnaissance de l’endométriose comme affection longue durée

  • Ouverture de la PMA à toutes les femmes

  • Interdiction de délivrer des certificats de virginité

  • Garantie de l’accès à la contraception tout au long du confinement

 

Sur le terrain à Villeparisis

Sur le terrain à Villeparisis à l'occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, le nouveau nom de la maison des droits a été choisi par les citoyennes et citoyens parmi 3 propositions, le nom de Jeanne Chauvin a été plébiscité.

Première Française à soutenir son doctorat en droit en 1892, Elle revendique pour la femme l'égalité tant dans son éducation que dans l'accession à toutes les professions, aussi bien privées que publiques. Ce n'est que le 1er décembre 1900, que la loi fut votée, permettant ainsi aux femmes d'accéder pleinement au barreau avec accès à la plaidoirie. Jeanne Chauvin est ainsi la première avocate de France à plaider en 1901.

Je remercie Monsieur le Maire Frédéric Bouche pour son invitation ainsi que les élus et les citoyens présents.


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.